Avertir le modérateur

02 novembre 2018

Def Jam fête ses 34 ans, retour sur une success story

Def Jam, dans l'inconscient de l'acheteur de vinyls de Rap des années 90, c'était un gros label, une major. Il est vrai que le marché des labels indés de Hip Hop était en plein essor avec des labels comme Blunt ou plus tard, Rawkus.

Def Jam fête ses 24 ans, retour sur une success story ...En fait, à l'époque, ce n'était pas encore ce que c'est actuellement, c'est à dire une véritable major qui fait la pluie et le beau temps dans le monde de la musique. 

Mais pour cela, il a fallu faire de très grosses compromissions, tant musicales que qualitatives.

Car, à l'époque, Def Jam Records, fondé par le "hippie" Rick Rubin, c'était avant tout strictly Rap, on ne disait pas encore vraiment Hip Hop à l'époque, laissant cela plus aux années de la décennie suivante, celle que l'on appelle, l'âge d'or du Hip Hop, les années 90.


Le label a été créé, il y a tout juste 34 années, dans une petite chambre du campus de la New York University, par le barbu Hippie producteur de ... Mick Jagger, Metallica ... ou d'Adele.

Et pourtant, à l'époque, Rick Rubin voulait tout juste sortir des disques de Rap à la cool, sans vraiment avoir d'objectifs commerciaux précis.

Sa rencontre, via le légendaire Jazzy Jay, avec Russell Simmons, va tout changer.

A l'époque, celui que l'on appelle également Russ' avait créé Rush Productions qui s'occupait du management  de pointures tels Whodini, Kurtis Blow et surtout ... Run-DMC.

Le courant a mis un certain temps à passer entre les deux mais à force de se fréquenter, ils comprennent qu'ils sont complémentaires.

Pour Russell Simmons, ce sera le marketing et pour Rick Rubin, la production. Et chacun chez soi, Dieu chez tout le monde.

Dès le départ, c'est le jackpot avec la sortie du premier album de LL Cool J en 1985, Radio - disque de Platine aux US. Un succès tel que Def Jam prend également ses quartiers à Londres. Et celui qui se cache sous le pseudo de LL Cool J, Todd Smith, devient courtisé par le cinéma.

Suivra le Licensed to Hill des Beastie Boys qui sera la bombe suprême de Def Jam. En effet, des blancs qui font du Rap, celui ouvre un marché des possibles illimité.

Pourtant, Rick Rubin a l'impression de tourner en rond avec ce Rap et finalement quitte le navire Def Jam en 1988 pour voguer vers de nouvelles aventures musicales plus Rock/Metal.

Il fondera notamment Def American.

Les Beastie Boys eux aussi quittent Def Jam pour signer un immense contrat chez Capitol Records, le mythique label de Los Angeles va les aider à franchir un cap.

Cela étant, Russ' ne tombe pas dans la dépression pour autant, il a de la ressource car, entre temps - en 1987, il signe le premier album d'un groupe qui ouvrira une voie royale au Rap proud to be black, Public Enemy, intitulé Yo! Bum Rush The Show.

Un carton relatif qui va défricher l'univers musical du moment avec des revendications à la limite du politique. Mais la machine P.E. est en marche et sous les coups de butoir de Chuck D et la folie simulée de Flavor Fav', on reparlera très vite de ce groupe.

Def Jam sera donc dès le départ un formidable laboratoire pour détecter ou fabriquer des talents et pas seulement musicaux.

En effet, ceux qui aiment le R&B de la belle époque connaissent bien sur Andre Harrell, éminent patron de Uptown Records, le label qui a lancé Guy ou Mary J Blige.

Au départ, l'ami Andre était l'une des moitiés du groupe de Rap, Dr. Jeckill & Mr Hyde lancé sur le mythique Profile Records. Puis, il devint VP chez Rush Productions.

Andre Harrell dira à cette époque que Rick Rubin avait un vrai talent pour savoir ce que les jeunes blancs voulaient écouter. Russell Simmons était la conscience black de Def Jam.

A eux deux, c'était alliage infernal !!!

Une femme fera également beaucoup pour l'ascension de Def Jam dans les hautes sphères du business musical, il s'agit de Lisa Cortes qui avait travaillé pour Rush pendant quatre années sous la responsabilité de Lyor Cohen à qui Jay-Z doit une grande partie de sa carrière.

Lyor Cohen, à l'époque, était le tour manager de Rush, Lisa Cortes devint, quant à elle, la responsable A&R de Def Jam, un poste à très hautes responsabilités.

D'autres femmes seront également à l'origine du succès de Def Jam, Faith Newman, Tracy Waples, Carmen Ashhurst et Rhonda Cowan auxquelles Russell Simmons sait qu'il doit beaucoup.

Elles poursuivront leur carrière respective dans différents labels musicaux à des postes très importants.

Parmi les figures notables du label, il ne faut bien sur pas oublier le regretté Chris Lighty qui avait débuté sa carrière en tant que Road Manager pour A Tribe Called Quest, Jungle Brothers ou De La Soul - en fait tout le Native Tongues, clients de Rush Artist Management, avant d'intégrer l'équipe de Violator Records

Bien sur, Run-DMC creusera fortement le sillon du succès de Def Jam qui, dans les années 80-90, signera des artistes représentant la vague Hip Hop/Rap/r&B du moment:

De Redman à Method Man ou Warren G le demi frère de Dr. Dre qui cartonnera avec Regulate, Montell Jordan, le This Is How We Do It (sur un sample de Slick Rick) chanteur crooner R&B, Onyx, EPMD, Erick Sermon, Slick Rick et, plus tard, DMX qui était même l'immense espoir du Hip Hop mais qui a gâché sa carrière depuis.

Def Jam participa également au développement du Roc-A-Fella de Jay-Z. Ce même Jay-Z en deviendra President de 2004 à 2007. 

Mais Russell Simmons était également un visionnaire, il fut l'un des premiers à croire dans le streetwear brandé en créant Phat Farm qui sera une marque référence dans les belles années. Il créera également SLBG Management - S pour Simmons, L pour Lathan, B pour Brillstein et G pour Grey, une entité chargée de gérer tout ce qui n'était pas musical chez Rush.

Et, désormais, Def Jam est un énorme label, voire une major très Mainstream qui surfe bien loin de ses bases d'origines.

Tout comme le Hip Hop et le R&B qui ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes ... et encore !!! 

On se souviendra que Oran Juice Jones ou Alyson Williams (ex High Fashion) ont fait partie de la famille Def Jam ... avec succès.

Happy Birthday tout de même Def Jam. (Mark Skeuds)

 

Alyson Williams - Sleep Talk 

Oran "Juice" Jones - The Rain

 

Et pour les nostalgiques du Hip Hop et, également, pour le début du clip pendant lequel E parle à Russ' au téléphone, celui-ci lui demandant de faire un nouvel album d'EPMD ...

 

EPMD - Da Joint

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés entre 22 h - 07 h (Europe/Paris).

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu