Avertir le modérateur

25 mars 2015

Earl Sweatshirt - I Don't Like Shit, I Don't Go Outside - La Chronique

Earl Sweatshirt, le membre du collectif Odd Future (OFWGKTA pour les intimes) a refait surface pour nous livrer I Don't Like Shit, I Don't Go Outside.

Earl Sweatshirt - I Don't Like Shit, I Don't Go Outside - La Chronique sur skeuds.comAprès son premier album, Doris, il sort un album composé de dix morceaux assez intrigants et dont la majeure partie sont produits par lui-même en tant que randomblackdude, son nom de beatmaker.

Dès le premier morceau intitulé Huey, on reconnait tout de suite l'univers de Odd Future au style d'instru avec l'influence de vouloir faire des beats à la Pharrell Williams époque de In My Mind, tout en y mettant le côté sombre de Earl Sweatshirt pour nous rappeler que nous ne sommes pas dans un conte de fées !

Intrigants, pourquoi ?


Déjà, la pochette et le titre font réfléchir, non ?

Ensuite, cet album commence par une phrase:

foot and hand on the gates we was jumpin' em, fuck, i'm like quicksand in my ways

Il fait ici allusion à sa carrière depuis son retour des îles Samoa où il avait été porté disparu pendant que son collectif Odd Future connaissait un sérieux succès, et que, malgré les bonnes critiques de son premier opus Doris, sa situation ne s'arrangeait guère,  avec le décès de sa grand mère ou ses problèmes de drogue par exemple:

I spent the day drinking and missing my grandmother
Just grab a glass and pour up some cold white wine in it
And a Colt 45 in it, you know how I get it

Une courte introduction de 1min52 pendant laquelle Earl Sweatshirt lâche un seul couplet.

Ensuite vient Mantra, un bon morceau malgré un beat plus ou moins bizarre mais qui finit par rester en tête, ou il nous parle de ses rapports avec les femmes, les rumeurs à son égard et ses déceptions, donc il préfère jouer la carte de la prudence ...

Get your lady
Cop, piff, inhale and cough
Rip the label off this
Picked the road that got twists
I'm holding my dick and playing cautious

Grief est sans doute le morceau le plus glauque de l'album, comme à l'image du clip on ne pouvait s'imaginer une vidéo en couleur.

Earl Sweatshirt raconte dans ce morceau qu'il préfère s'isoler et qu'il a perdu toute confiance avec le monde qui l'entoure en suivant les conseils de sa mère.

Stressé par l'attente de ses fans et des médias ... il s'enferme chez lui !

On remarque qu'il n'a pas digéré certains (tristes) événements de sa vie et qu'il en a pris un coup au moral.

Il nous parle (encore) de sa grand mère décédée et nous confie qu'il se noie dans l'alcool pour essayer d'oublier.

Ce morceau résume un peu l'album, un beat super lent et Earl Sweatshirt qui ne rappe pas mais qui nous parle.

Le titre et la pochette de l'album prend alors tout son sens.

Good grief, I been reaping what I sow
Nigga, I ain't been outside in a minute
I been living what I wrote

On remarquera que le seul membre de Odd Future qui apparaît dans cet album est Left Brain qui produit Off Top et Grown Ups, et pas dans une ambiance à laquelle il nous avait habitué, étonnant, non ?

Pour le reste, seuls Dash, Wiki, Na'kel et Vince Staples sont invités sur cet opus.

Ce dernier lâche un gros couplet sur le dernier morceau Whool qui est sans doute le meilleur morceau de l'album.

Donc pas de Tyler, The Creator, pas de Frank Ocean et surtout, pas de Mac Miller avec qui Earl Sweatshirt s'était crée un style de son qui correspond pourtant parfaitement à l'ambiance de cet album.

Pour résumer, on comprend mieux pourquoi cette pochette et pourquoi ce titre.

Earl Sweatshirt est en pleine dépression ... et ses fans qui attendaient un bon album après Doris seront peut-être déçus.

C'est dommage que le membre le plus talentueux du collectif Odd Future refasse surface avec un album dans lequel on le sent mal dans sa peau.

C'est donc loin d'être son meilleur projet et nous avons vraiment hâte de retrouver le vrai Earl Sweatshirt. (Nordin M.)

Commentaires

Pas fan d'Earl Sweatshirt, ta chronique m'a donné envie de checker cette galette, en ces temps sombres..

Par ailleurs, si vous pouviez, chers amis Skeudiens, faire la chronique du superbe Mr. Wonderful de mister Bronsolino ça serait super ! Cela était peut être prévu.. le projet en vaut le coup !

Merci d'avance.

Peace

Écrit par : Pusher | 26 mars 2015

On va essayer sans toutefois promettre car on n'arrête pas, demain, par exemple, on a rendez-vous avec Logic ... mais on va essayer, pour sur :)

Écrit par : Skeuds | 26 mars 2015

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu