Avertir le modérateur

04 décembre 2013

IAM par IAM - La Chronique

L’année 2013 n’aura pas vraiment été celle du Rap made in Marseille.

IAM par IAM - La Chronique sur skeuds.comOn le sait bien, depuis les années 90, le Rap de l’Île-de-France ne cesse d’être médiatisé aux dépens des artistes du Sud. Mais une légende de Marseille continue de faire l’actualité, avec pas moins de deux albums cette année, on veut bien sûr parler de IAM.

Le groupe mythique refait surface une deuxième fois en l’espace d’un an, avec … IAM.

Une petite surprise, il faut bien le dire, puisque IAM nous avait habitués à distiller ces albums depuis le début de leur carrière (en moyenne un projet tous les cinq ans).


Mais ce nouvel opus apparait seulement sept mois après Arts Martiens.

Il faut dire qu’on avait été prévenu puisque Akhenaton avait annoncé un mois seulement
après leur (avant) dernier album que de nombreux morceaux étaient encore dans les tiroirs …

Le groupe n’attendait que le feu vert de leur maison de disques pour lancer un nouvel album. Et quand on sait les problèmes qu’ils ont eu avec leurs différents labels, ce n'était pas gagné d'avance.

D’ailleurs, il semblerait que ce soit leur dernier album, Akhenaton ayant déclaré être fatigué de se battre avec l’industrie du disque.

Alors, IAM nous ont-ils fait du Arts Martiens réchauffé ou tirent-ils leur révérence avec un clap de fin magistral ?

Cet album commence avec une petite intro aux airs des années 90, avec notamment les scratchs d’un vieil ami du groupe, DJ Daz.

Ici, IAM pose les bases en rappelant ses origines marseillaises, ses combats et leur passion pour le Rap. Comme pour rappeler une dernière fois leur credo …

Cette courte introduction enchaine directement avec Poudre de Brique Rouge.

Ce morceau annonce directement l’ambiance générale de l’album avec une instrumentation sobre et des lyrics toujours aussi engagées. Mais ici, IAM ne livre aucun combat et préfère (re)déclarer son amour pour le Rap, comme le dit Akhenaton:

Si tu savais comme je t'aime Hip Hop
Mon amour s'étale, sur mes feuilles, d'une fleur les pétales
Au gré des mélodies, j'encre mes sentiments
Comme l'aiguille sur la peau lisse d'une danseuse exotique
La magie opère, voyage, tu lis Homère

Mais au milieu de son couplet, on retiendra surtout une phrase énigmatique:

Le luxe de durer on va s'le payer vrai

IAM tire-t-il sa révérence ?

Et si oui, prévoient-ils des carrières en solo ou sous une autre forme ?

Voilà une vraie question que l’on peut se poser… on aurait du d'ailleurs le faire en Live puisque l"on devait les rencontrer voici deux semaines mais à cause d'un panne de smartphone, nous avons manqué l rendez-vous. On remettra cela lors de leur prochain passage à l'Olympia.

Surik’n quant à lui, rappelle que le combat de IAM reste le même à travers les décennies, à savoir être le porte-parole des laissés pour compte:

Nos lettres sont des elfes, voit leur pouvoir est multiple
L'abandon et l'désespoir reste leur principale cible

Et voilà que ce son enchaine justement sur une cause que souhaite défendre le groupe.

Avec Peines Profondes, Shurik’n profite de sa position d’ancien pour rappeler aux jeunes que leurs paroles peuvent avoir de graves conséquences.

Akhenaton prendra un autre exemple mais qui mène à la même conclusion. Ici, on voit bien que IAM reste un groupe engagé.

Sur une instrumentation entrainante, IAM enchaine avec Ouais C’est Ça, un morceau rempli d’ironie où le groupe décrit tous les clichés que doivent subir les jeunes des quartiers populaires …

Et peut-être aussi une manière de rappeler qu’ils n’oublient pas d’où ils viennent (comme toujours) …

Après toutes ces causes et ces combats, la track #5 rappelle plus la douceur avec une ambiance plus posée …

Mais peut-être pas tout à fait une ambiance paisible … En effet, IAM s’amuse à personnifier l’alcool (puis la marijuana) en une jeune et belle créature pour montrer son côté envoutant.

Mais encore une fois, le groupe n’oublie pas son combat et use habilement de cette métaphore pour dénoncer leurs ravages:

Et combien t’as d’amants hein ? Et combien sont vivants hein ?
Combien de gosses dans tes bras s’prennent pour des as au volant?

On vous aura prévenu, IAM aligne les morceaux engagés … et fait de plus en plus penser que cet  album est bien le dernier. C’est vrai que l’on peut se poser la question (voire même plus …) quand on les  voit rappeler les innombrables combats qu’ils ont pris pendant leur carrière de rappeurs et rappeler sans cesse qu’ils n’oublient pas d’où ils viennent.

Et voilà C.A.S.H dans/avec lequel IAM dénonce cette fois-ci cette société de consommation où l’argent occupe une place centrale. Une manière aussi de tacler les politiques …

D’ailleurs, on devinera facilement à qui est destinée cette petite pique par exemple:

Et là tu dis sans la moindre gène
Ouais ils tirent à Bettencourt comme un APM

On vous l’a dit, IAM rappelle sans cesse qu’ils sont restés simples, des vrais sages en fait:

De toute façon je partirai pas avec
Même si je sais que la chance m'a sourit
Moi, je lui ai jamais laissé me tourner la tête

Un clap de fin ? On y croit de plus en plus !!

Et pourtant, nos marseillais ne se prennent pas non plus pour des sauveurs.

Quel meilleur morceau que Mister Gentil et Monsieur Nice pour le dire ?

Un titre pareil pour rappeler les surnoms qu’ont voulu leur attribuer certains (amis):

Une armée de meskine (pauvres gens - ndlr) avec des Air Force
S'te plaît fait pas la manche en lunettes Porsche

La cible est bien claire, IAM critique ici les jeunes de quartier qui prennent la réussite du groupe pour leur compte.

Le prix du succès en somme, non ?

Le social ne doit pas être une obligation, ni une facilité comme le rappelle Shurik’n dans une parfaite conclusion:

Fini l'groupe de musique urbaine estampillé quartier
Comme le basket j'vais pas sauver tous les jeunes des cités
Messieurs les décideurs maintenant va falloir transpirer sur chaque projet
Monsieur nice guy vient de s'envoler

Très bon morceau pour une belle morale, des sages on vous dit !!

Juste après, on continue avec un autre très bon morceau intitulé CQFD.

Toujours prompts à combattre les clichés que subit (à tord ou à raison) le Rap, les membres d’IAM s’attaquent maintenant à la violence supposée de cette musique. Leur explication ?

La voici en punchlines:

Accroché à bien trop peu de jolies choses
Le rap sévit, le rap saisit, ça rit jaune
Le fric c'est violent
La vie c'est violent
Les gens sont violents
Tu veux que mon rap sonne comment ?

En conclusion, le Rap n’est que le reflet de la société, il ne faut pas s’étonner s’il est violent puisque, selon IAM, la société dans laquelle on vit est faite de violence. Le mot de la fin pour IAM ?

CQFD, on vous dit !!

Le voilà le premier single de cet album.

Dans ce morceau, on reconnait rapidement la patte de Sébastien Damiani, célèbre
pianiste qui aura notamment commencé à travailler avec IAM sur Arts Martiens. Rien de mieux pour recréer une ambiance posée, qui nous rendrait presque nostalgique … oui, parce que c’est justement le sujet de ce morceau.

Nos légendes marseillaises ne laissent pas la place aux regrets, ça non !

Mais encore une fois, quelle formidable leçon à la jeunesse !!

IAM n’a qu’un credo:

Le rap est bien moins cruel que la chienne qui le nourrit
A fond la caisse, matin et soir sans jamais lever le pieds
Toujours en mouvement juste un instant pour respirer
Je m’élancerais cheval fou sur cette route sinueuse
Sans brûler les secondes à mater bêtement la trotteuse

En bref, profitez de la vie, elle file vite … Qui de mieux placé que ces vétérans du Rap pour le dire ?

Mais arrêtons les compliments, IAM ne veut pas de Médailles.

Hé oui, c’est bien le titre du prochain morceau de l’album.

Le groupe semble avoir des choses à dire avec ce morceau particulièrement dense.

Et il en dit beaucoup !!

Avec cette longue tirade sur toutes les décorations offertes à des personnes qui ne semblent pas vraiment les mériter, IAM en profite aussi pour vanter tous ces Hommes (avec un grand H) de l’ombre qui les mériteraient tout autant, voire même plus !

Le onzième morceau mérite bien son titre - Fuck le Refrain, IAM se lance dans des expérimentations, et plus particulièrement Akhenaton qui tient un couplet de plus de
deux minutes.

Au menu, quelques piques lancées au monde audiovisuel … mais aussi quelques compliments à leur label …

C'est pas avec ce son qu'on passera à la télé
Scellées sont les portes, nous on reste hors de la mêlée
Rap mode torride, Def Jam canal historique
Fait péter le vynil noir ou le grenat

Ainsi qu'une drôle de petite allusion au Rap US:

Inclus dans le paquet, ces couplets c'est de la grenade
Repentit comme le trafiquant Rick Ross

Mais non, on rigole pour la dernière… Ici, Rick Ross ne fait pas allusion à notre cher rappeur mais à un important trafiquant de drogues aux États-Unis des années 80.

Fuck le Refrain, c’est la défense du contenu plus que l’esthétique à tout prix. Un petit clin d’œil aux Booba, La Fouine et compagnie … ?

Le morceau suivant laisse la place à un petit nouveau … Said.

Pour les fans inconditionnels, vous l’aurez sûrement déjà croisé en concert puisqu’il accompagne souvent IAM.

Le groupe le pousse et cherche à le mettre en avant depuis un bon moment, et le voilà sur l'un de leurs albums.

Peut-être le futur John Legend français … enfin n'allons pas plus vite que la musique.

Avec Musik, le crew décide de faire une ode à … la musique bien sûr. 

En fait, on a le droit à un écho à Poudre de Brique Rouge et Ouais C’est Ça.

D’ailleurs, on retrouve un autre clin d’œil à Guerlain, après celui fait dans Ouais C’est Ça
(Guerlain avait tenu des propos racistes lors du JT de France 2 en 2010):

Guerlain on l'emmerde on a grandi dans l'eau d'cologne!

Avec Géométrie de l’Ennui, on retourne au combat favori de nos chers marseillais,
défendre les laissés-pour-compte … L’égalité des chances, selon IAM, n’existe pas :

Cherche pas de tremplin sur la route, ils l’ont rempli de colle
Le tri est fait sans que tu saches, sur les bancs de l’école

Et le Rap n’a toujours pas sa place en France, puisque pas assez complaisant avec les élites :

Ils aiment ce rap qui sonne rock où y’a bon Banania
Surtout pas qui s’affranchit et qui n’est pas maniable

IAM sait utiliser les analogies et le montre. La géométrie semble idéale pour dénoncer cette société qui dénonce ceux qui sortent des lignes droites et des sentiers battus…

Avec A Nos Boots, le crew reprend encore une fois les clichés dont sont victimes les personnes des quartiers défavorisés, sur une instru downtempo mélancolique, presque triste. Mais le sujet ne prête pas vraiment à la joie de vivre comme le rappelle bien Akhenaton:

A chacun de leur pas on doit en faire trois
A chaque fois obligés de prouver notre bonne foi

Les préjugés qui collent à la peau de ces populations, la question est :

Pourquoi la merde colle autant à nos boots ?

IAM le rappelle bien dans ce refrain, comme s’il s’agissait d’un phénomène un peu trop régulier et répétitif dans la société …

Que Fait la Police ? N’attendez pas de IAM une réponse banale …

Non, ils ne parlent pas ici des délinquants normaux. Le groupe cible plutôt un nouvel ennemi:

Ça arrive près d'chez vous le quartier interdit aux flics où vivent tous ces bandits c'est la bourse

Vous l’aurez compris, ce sont les banquiers et autres acteurs de la Finance qui sont dans le viseur. IAM dénonce leurs actes, et les jugent responsables de la misère:

Allo le 17 j'sais pas qui tire les ficelles
J'ai vu des terroristes poser des bombes à misère

Toujours engagés dans l’actualité, IAM ne pouvait éviter un tel sujet que la crise économique actuelle … Voilà qui est fait.

Et nous voilà arrivé au seizième et dernier morceau de l’album intitulé Renaissance

Renaissance … Une nouvelle naissance pour annoncer la fin du groupe sous cette forme, quelle meilleure manière pour le dire ? Un moyen aussi de revenir sur quelques principes de leur carrière comme le rappelle Akhenaton:

Ma langue à chaque instant met les gants
Dans la merde comme élément faut rester élégant

Un pied de nez au Rap actuel, toujours à la recherche d’insultes les moins originales possibles …

Quel meilleur morceau pour finir cet album ? Pour finir une carrière même !

Après une telle déclaration d’amour au Hip Hop, IAM annonce qu'ils n’arrêteront pas le combat. Mais les albums, ça, c’est certainement terminé

D’ailleurs, ce serait peut-être mieux, après une telle conclusion, qu’ils s’arrêtent là. Un point final à leur carrière qui sonne comme un coup de maitre.

Une carrière qu’ils auront su mener bien au dessus des modes, tendances et autres conflits du Rap game et qui en feront certainement une légende pour de bon. De quoi se faire une place d’honneur dans le Panthéon du Rap.

Au passage, il faudra complimenter IAM pour ceci.

Quand d’autres choisissent de vendre au même prix des albums beaucoup plus légers, le groupe marseillais n’a pas cédé à la tentation.

Vous l'aurez compris, voilà un bon (dernier ?) album de IAM. (Dorian G.)


http://bit.ly/1bIOp0k

Commentaires

Pourquoi toujours opposer Paris à Marseille, ce n'est pas bien. Il y a d'autres villes mais c'est vrai que un des 2-0 du match PSG-EVIAN d'hier soir provenait un peu de Marseille dans ce qui a été un conte déçu et bois de l'eau (de coco ?:)

Écrit par : utopia | 05 décembre 2013

Quelle curée ce match, j'en ai honte .... :(

Écrit par : Mark Skeuds | 05 décembre 2013

Pas de cuvée n'est rien pour une fois après ce match, un peu de repos fera du bien au PSG.:)

Écrit par : utopia | 05 décembre 2013

Du parler pour parler rien de bon rien de mal dans tout sa mais IAM reste et resteras a jamais gravé sur nos coeurs et dans notre têtes peu importe la critique...

À leur place j'aurais fait de même la culture n'est plus ce qu'elle était et c'est décevant...

Malgré tout cela le bon hip-hop ne fait que renaître de ces cendres écoutez ceux que personnes ne connaissent et voyez par vous même

popote, plâtre, pantalons et paix

Écrit par : Louis Victor | 06 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu