Avertir le modérateur

04 septembre 2013

Hall of Fame de Big Sean, la Chronique de Skeuds

Le 26 août dernier est sorti un autre des nombreux projets de qualité que nous a offert (et offre encore) 2013, Big Sean a nous délivré (enfin) son Hall Of Fame, son deuxième album qui a mis un certain temps à voir le jour.

Big Sean presque #1 la semaine prochaine avec Hall of Fame sur skeuds.comEn effet, après les deux premiers singles Guap (sorti fin octobre 2012 tout de même) et Switch Up avec Common que l’on a un peu (presque) oublié, le G.O.O.D. Music rappeur est passé à la vitesse supérieure cet été avec Beware en featuring avec Jhene Aiko et Lil Wayne ainsi qu’avec Fire et sa vidéo avec la coqueluche du milieu urbain ces derniers temps, Miley Cyrus.

Un second album ambitieux sorti juste à temps pour la rentrée et même si les prévisions de ventes pour la première semaine de Hall Of Fame ne sont pas tout à fait à la hauteur des ambitions du rappeur de Detroit, HOF valait bien qu’on y pose une oreille ici à Skeuds !


On appuie sur PLAY et on laisse Big Sean nous raconter les Memoirs of a Detroit Player (comme l’annonçait le titre initial du projet).

L’album commence d’emblée avec l'un de nos titres préférés du projet - Nothing Is Stopping You, une introduction léchée produite par le partenaire de toujours de Big Sean, Key Wayne.

En prêtant l’oreille, on reconnaît les quelques notes de piano déjà présentes sur des morceaux du répertoires du G.O.O.D. Music rappeur, Memories, Memories pt II ainsi que l’introduction de son premier album, Finally Famous.

De plus, le Nothing Is Stopping You est issu d’un sample de la bande originale de Moi, Moche et Méchant 2 interprété par Pharrell.

Sur se morceau, comme le dit Sean, il ne revient pas seulement sur le fait d’avoir vu ses rêves se réaliser mais aussi sur le fait de les voir réalisés par quelqu’un d’autre. On apprend comment il s’est rendu à une radio locale de Detroit pour freestyler "au culot" devant Kanye West et comment ce fut, de toute évidence, une des meilleures idées qu’il ai pu avoir, bien que ça lui ai eu l’air stupide:
 
Go rap for Ye
He at the station, rap that shit that you rap everyday
Man, that shit sounds stupid
Then I hung up on his ass, then called him back like "Fuck, let's do it" 

Plus tard dans le morceau Big Sean raconte comment un autre rappeur/fan l’interpella plus tard pour en faire de même, le temps passe et les rôles changent !

La maman du protégé de Kanye West vient ensuite conclure cette introduction, ce qui en fait certainement un des morceaux les plus précieux de cet album.

On poursuit avec Fire, le morceau ayant leaké cet été après Beware, ce morceau, dont l’instrumentale réalisée par DJ Camper était selon Big Sean réservée à Kanye qui lui à bien gentiment donné.

Preuve que même si l’on ne retrouve pas le boss de G.O.O.D. Music sur Hall Of Fame, cela ne veut pas pour autant dire qu’il y ait le moindre problème entre les deux rappeurs. Un morceau bien sympathique où l’on ne peut qu’apprécier le travail des guitares électriques tout comme la vidéo qui va avec (des flammes et Miley Cyrus, sacré concept !).

Sur ce morceau, un mot d’ordre:

I know it's been a long time

Cela faisait longtemps que Big Sean n’avait pas offert de musique à ces fans, mais comme il le dit dans l’outro:

It's never ever been to late
To do what you wanna do

Il n’a jamais été trop tard pour faire ce que l’on veut faire.

Le troisième morceau de Hall Of Fame est intitulé 10 2 10, un morceau plus  "en vogue" musicalement que les deux précédents et pour cause !

On retrouve Key Wayne et No I.D. sur l’instrumentale, bien accompagnés par Travis $cott et Young Chop. Un morceau où Big Sean se targue de:

I woke up working like I'm Mexican

Travailler comme un mexicain (stéréotype quand tu nous tient !), c’est à dire de dix heures du matin à dix heures du soir, puis de dix heures du soir à dix heures du matin, un planning chargé s’il en est ! Un morceau de rap (même si Sean y crie plus qu’in ne rappe) tout à fait correct pour lequel on a eu droit à une vidéo en pleine nature, un single pour la radio très certainement !

On poursuit avec le morceau Toyota Music, produit cette fois par Xaphoon Jones (la moitié du duo Chiddy Bang) qui nous offre une instrumentale minimaliste se muant à l’occasion du refrain.

C’est relativement simple mais le synthétiseur accompagné de notes d’orgue fait tout son effet, parfait pour rouler en voiture à la nuit tombée, en Toyota de préférence.

Quoi de mieux pour donner l’occasion à Big Sean de réfléchir à son statut:

Got my family living comfortable
Got me thinking I'm doing what I'm supposed to do

Sa famille vie confortablement, c’est probablement qu’il fait exactement ce qu’il est supposé faire ! On ne saurait le contredire.

Vient en cinquième position le morceau You Don’t Know What You Do sur lequel on peut entendre la jolie voix de Ellie Goulding (samplée) se poser sur une instrumentale quelque peu brutale de la part de No I.D..

Plutôt normal si l’on considère que le sample principal est issu d’un morceau de Flinch, un artiste électronique plutôt porté sur la Dubstep. Des sonorités qui collent plutôt bien aux paroles puisque ce morceau est dédié à faire la fête ainsi qu’à se la raconter et si ce n’est pas la piste la plus "lyricale" de l’album, elle se laisse tout à fait écouter.

On continue avec le premier véritable single de cet album, à savoir Beware.

Un choix curieux puisqu’il ne s’agit pas d’un morceau particulièrement "entraînant" comme a pu l’être Guap par exemple.

Accompagné d’une chanteuse que l’on sera probablement amenés à voir de plus en plus prochainement, Jhene Aiko (ancienne vocaliste des B2K) ainsi que de l’incontournable (quand il s’agit de single) Lil Wayne.

Une ballade du 21ème siècle que l’on doit à Key Wayne et Mike Dean où tout se marie pour le mieux, de quoi justifier le bon parcours du morceau au Billboard.

Big Sean nous met en garde envers les relations qui se terminent et nous lâche même un beau conseil:

You should beware, beware, beware of a woman with a broken heart

Attention aux femmes au cœur brisé !!!!

Vient ensuite un des morceaux les plus attendus de Hall Of Fame, on veut bien sur parler de First Chain en featuring avec Nas et l’ancien collègue G.O.O.D. Music de Big Sean, Kid Cudi.

No I.D. s’occupe une nouvelle fois de l’instrumentale et on ne va certainement pas s’en plaindre car celle ci est léchée et très agréable, des sonorités "victorieuses" accentuées par quelque touches de guitare électrique ainsi que par les vocalises si reconnaissables de Kid Cudi. Big Sean, Nas et Cudder nous parlent de leur première chaîne (vous savez, cette fameuse Jesus Piece si chère aux rappeurs) et de tout ce que celle-ci implique, le fait de réaliser ses rêves etc…

On pourrait citer beaucoup de choses sur ce morceau, mais le plus important reste probablement:

GOOD music nigga forever

De la part de Kid Cudi, ce qui signifie que, même si les rumeurs de beef entre Kid Cudi et le label de Kanye West ont fait le tour du net, il n’y a rien à voir de ce côté là !

De plus Big Sean et Cudder partent ensemble en tournée cette année, tout va bien dans le meilleur des monde donc.

On poursuit avec le morceau qui s’avère être, selon Big Sean lui même, le préféré de Kanye West sur Hall Of Fame. Un morceau à la Mula comme on avait pu l’entendre sur la Mixtape Detroit de Sean datée de presque un an.

C’est Da Internz qui s’occupe de cette instrumentale New School: ça promet car on doit déjà à cette connexion le fameux A$$ du premier album de Big Sean.

Un morceau pour les clubs (américains tout du moins) et si dans ce morceau le G.O.O.D. Music rappeur déclare que sa mère pense qu’il est un poète, Big Sean veut:

Yo girl so bad I want the threesome
Threesome trying to have a threesome

On se passera de traduction pour ce vaste programme ... à trois !

Après un skit où une femme à l’air relativement, comment dire, excitée, on passe au morceau MILF dont le titre en lui même justifie ce dernier.

On retrouve Juicy J et Nicki Minaj sur ce morceau et comme l’indique l’intitulé, c’est une ode aux femmes d’un certain âge qui n’ont pas froid aux yeux.

Dans la lignée de A$$, Juicy J et Nicki Minaj viennent faire ce qu’ils savent faire parfaitement sur l’instrumentale signée Da Internz une nouvelle fois, un morceau qui tournera certainement aussi beaucoup dans les (strip ?) clubs !

On change carrément d’ambiance avec le morceau numéro 11, Sierra Leone qui est un de nos favoris de l’album, No I.D. livre une production de toute beauté qui sent bon les vacances avec une nouvelles fois des cordes bien ajustées. Big Sean nous parle des aléas d’une relation amoureuse lorsque l’on est sous les feux des projecteurs, parfois la sincérité n’est pas au rendez vous, on ne peut pas tout avoir !

L’outro du morceau met en scène le G.O.O.D. Music rappeur se faisant voler par une femme avec qui il a passé la nuit, comme quoi !

Selon Big Sean les femmes seraient vénales:

And she don't ever tell me I'm wrong, I'm wrong
Cause she don't want to leave Sierra Leone, Leone

Elle ne lui donne jamais tort, de peur de le perdre… et tout ce qui va avec !

On poursuit avec un morceau en l’honneur de Detroit, It’s Time avec Young Jeezy et un rappeur de Detroit moins connu, Payroll (dont le groupe Dough Boyz est signé sur le CTE de Young Jeezy). Produit par Key Wayne, on est dans le morceau typique du rappeur qui "représente" sa ville natale, c’est plutôt agréable à l’écoute même si cela ne reste pas nécessairement un des "highlights" de cet album.

Le numéro 13, World Ablaze est en featuring avec James Fauntleroy (entre autre de Cocaine 80s) dont on retrouve les vocalises un peu partout dans l’album pour apporter à ce morceau (certainement le plus triste de l’album), la mélodie nécessaire aux émotions que Big Sean fait passer dans ces paroles.

Dédié aux personnes ayant "pleuré sur son épaule", Big Sean raconte comment il a essayé de réconforter sa voisine lorsque jeune, son fils fut tué par balles ou encore quand la mère de sa girlfriend est décédée du cancer.

Un morceau profond s’il en est, parfaitement accentué par la production mélancolique signée Key Wayne et No I.D..

Le morceau suivant Ashley est dédié à l’ex-copine de Big Sean, celle qu’il a connu avant la gloire et avec qui il a rompu début 2013.

D’autant plus touchant puisque dans une interview, Big Sean a déclaré que ce morceau a été écrit lorsque ils étaient toujours ensemble.

Miguel nous offre un de ces refrains qu’il maîtrise parfaitement, à l’image de celui sur le Power Trip de J. Cole.

Tout est présent pour un "love song" tout particulier puisque Big Sean parle de ses regrets alors qu’il est encore dans la relation en question, comme quoi le rappeur à qui l’on doit MILF et A$$ a tout de même un cœur !

I’ll hold you down forever, B

Jolie déclaration !

Hall Of Fame se termine enfin sur All Figured Out, un dernier morceau introspectif produit par No I.D..

Un outro où Big Sean parle de son évolution plutôt que de son statut actuel, il ne prend rien pour acquis et continuera à faire ce qu’il sait faire le mieux, de la musique. James Fauntleroy fait le crooner en fond : n’en donnez pas plus, on a compris que Big Sean est là où il veut être et qu’il fera tout pour y rester, jusqu’à atteindre le Hall Of Fame du Rap.

A lui de conclure avec un beau:

The joy of looking back and saying that you did it. Winning the game, hall of fame.

La joie de regarder derrière soi et de se dire qu’on a réussi, qu’on a enfin gagné. Ainsi se termine le second album de Big Sean.

Il y a des albums dont les chiffres de ventes ne reflètent pas la qualité du projet et ici, à Skeuds, on pense que le Hall Of Fame de Big Sean est un de ceux-ci.

On observe une certaine cohésion dans le déroulement de l’album et la production, on peut remercier No I.D., ainsi que des thèmes divers: parfois clubs, parfois sérieux et toujours efficaces.

Kanye West et G.O.O.D. Music possèdent en Big Sean un élément important et ils feraient mieux de ne pas le laisser partir ! (Vous avez dit Kid Cudi, Hit Boy ?).

Big Sean s’affirme et on ne va pas s’en plaindre: si bien que si l’on devait noter cet album on donnerait bien volontiers un 8,5 sur 10 à Skeuds.

Et vous, que pensez vous du Hall of Fame de Big Sean ?

N’hésitez pas à partager votre avis avec nous ! (Pierre C.)

 

A lire également:

Skeuds est désormais consultable sur smartphone ICI.

http://bit.ly/1dQmrkA

Commentaires

Trop bonne chronique. 8 pour moi

Écrit par : Djaz | 04 septembre 2013

très bon album et pour moi ce sera un 8.

Écrit par : dope | 05 septembre 2013

Big Sean se devait d'assurer pour son deuxième opus. N'oublions pas ses nombreuses mixtapes avant son 1er album. Cela a permit de le rentre meilleur.
Hate de voir la suite

Écrit par : Pesci | 05 septembre 2013

L 'album en lui meme et bien mais je reste sur ma fin , il a largement fait mieu sur ca mixtape Detroit qui est un sans faute pour une mixtape .
les sons qui tournent en boucle pour cette album de mon coté /beware/ first chain/ all figure out/ 10 .2 .10.

Wale et J Cole ont fait de meilleur albums je mmettrai à Big sean un 6.98/10 . lol il aurait pu faire largement mieux un peu decu j'attendais plus et mieux .

Écrit par : AKA D | 07 septembre 2013

J'ai apprécié votre chronique concernant Hall of Fame de Big Sean et je trouve cette note justifier. Mais personnellement j'ai préféré sa mixtape Detroit qui était plus coerrente ainsi que son précédent album Finally Famous qui regorgeait de meilleur son.
Hall of Fame est un bon album mais j'attends encore mieux de Big Sean a l'avenir qui sait faire des ce genre de hits qui reste en tête toute la journée et qu'on prend plaisir a réécouter maintes fois

Écrit par : Hamid.R | 07 septembre 2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu