Avertir le modérateur

06 janvier 2013

Découvrez l'envers du décor des conventions de vinyls à New York - The Roosevelt Years

Pour qui a collectionné des vinyls de Funk, de Soul, de Rap, de Hip Hop, de R&B, de Jazz ou d'Acid Jazz, l'un des endroits propices et pratiques pour trouver son bonheur est la convention de disques.

Pete Rock en pleine découverte dans sa collection de vinyls sur skeuds.comDe Paris à New York, de Londres à Tokyo, de Brighton à Melbourne, les grandes villes, malgré le déclin des ventes de vinyls, ont presque (eu) toutes leur convention.

A Paris, il y a eu celle de la Porte de la Villette, de Bercy mais aussi et encore (pour combien de temps ?) celle de Champerret.

Mais celle qui nous a marqué le plus, et c'est bien normal, est celle du Roosevelt Hotel à New York au milieu des années 90, époque bénie s'il en est pour la musique de qualité.

Nous y allions dès qu'il y en avait une (pas tous les mois comme il est dit dans le documentaire ci-dessous).

C'était une étape obligatoire pour les marchands de vinyls que nous étions avec nos amis de Colombes, les célèbres Mojes (props to Claude et Topheti).

Il faut avouer que nous étions toutes les semaines à New York et donc le Roosevelt était un passage obligatoire pour passer un bon dimanche.


Skeuds, c'est 2 blogs !!! skeuds.fr et skeuds.com

Le docu intitulé The Roosevelt Years que propose l'excellent Gasface, nous permet d'appréhender très légèrement ce qu'étaient ces conventions que nous ne désirions pas manquer ... à aucun prix.

Mais attention, l'intervenant qui est chez nos amis d'A-1, magasin de disques New-Yorkais, que nous vous avons plusieurs fois présenté, ne dit pas vraiment ce qu'était cette convention qui était l'une des "places to be" pour trouver des vinyls rares.

En effet, si ces conventions étaient très prisées des gros producteurs comme Q-Tip, Pete Rock, Lord Finesse ... elle l'étaient surtout des collectionneurs et des propriétaires de magasins de disques du monde entier.

Et pour tout vous avouer, des producteurs comme Pete Rock posaient quelques problèmes à certains vendeurs.

En effet, outre du Funk, du Jazz et de la Soul, le Hip Hop et ses raretés s'exposait aussi au Roosevelt.

Et l'on pouvait donc trouver (parfois !!) les 12" promo de Pete Rock dont le célèbre Searchin ... que Pete Rock ne désirait pas voir dans les bacs à cause des prix irrationnels, selon lui, de ses/ces disques.

George dans une warehouse du Bronx sur skeuds.com

Nous connaissons des vendeurs qui attendaient que le partenaire de CL Smooth ait fini son tour pour les mettre en vente ... quand ils les avaient.

Car que ce soit Searching ou l'album instrumental (en original) de Mecca and the Soul Brother, il fallait les trouver !!!!

Ce que The Roosevelt Years oublie de préciser (voire dit le contraire) est qu'il n'était nul besoin d'attendre cette convention pour acheter des disques à New York.

La plupart des vendeurs étant des vendeurs d'appartement comme mes amis George ou Allan, chez qui, d'ailleurs, Pete Rock s'alimentait régulièrement directement.

Il était très facile de les voir hors convention car la plupart était de l'état de New York voire de NYC même. Sans parler des nombreux magasins de disques de la ville.

Il était, et c'est toujours le cas, possible d'entrer à la convention (comme souvent et comme à celle du New Yorker) avant que les portes n'ouvrent officiellement.

Il suffit de payer une pré admission. Aujourd'hui, le tarif est (souvent) de ... cent dollars !!!

L'inflation est passée par là parce que dans les années 80-90, cela ne dépassait pas quelques dizaines de dollars.

Inflation, l'intervenant du docu qui se balade au fond et dans la réserve d'A-1, explique que les prix ont énormément grimpé au Roosevelt, à cause du succès de cette convention.

C'est surtout à cause des japonais (mandatés par des magasins de Tokyo) qui venaient en masse avec des cohortes de jeunes femmes portant un catalogue d'albums à trouver et les prix maximum d'achat et qui faisaient leurs courses avec eux.

A cause d'eux des albums comme celui de Khemistry (pour faire simple) sont passés de 10 dollars à 40-50 bucks en quelques conventions.

Sans parler de Magnum ou de Sir Joe Quaterman dont les côtes se sont envolées bien avant Internet au Roosevelt.

Cela étant, surtout entre français, l'ambiance était très bonne malgré la concurrence.

A 5 heures du matin, on se retrouvait au café attenant le Roosevelt, avant les pré admissions, pour discuter, établir des stratégies pour barrer ces satanés japonais.

Ensuite, c'était la course aux pièces comme on disait et les anecdotes sont nombreuses.

Pour finir, contrairement à ce qui est écrit en commentaire de The Roosevelt Years:

Déja entendu parler des années Roosevelt ?
Si tu es fan du Rap des années 90, il y a des chances que le sample de ton Rap préféré vienne d'un bac à disque du Roosevelt Hotel.

Il y a des chances, certes mais bien peu car si les producteurs célèbres faisaient (aussi) leurs courses au Roosevelt, ce n'est pas là bas qu'ils découvraient le sample du siècle.

L'endroit n'était pas vraiment fait pour cela .. surtout devant un public et des collègues pouvant voir ce qu'ils écoutaient.

Par ailleurs, la boutique de Issac (dans laquelle on peut voir mon ami Jérémy), A-1, comme Sound Librairy (fermé depuis) et bien d'autres fournissaient bien plus les collectionneurs/producteurs que le Roosevelt n'a pu le faire.

Sans parler des vendeurs d'appartement que tout le monde connaissait et dont nous avons parlés plus haut.

Kmar en train de digger dans le Bronx sur skeuds.com

Pour ma part, mon meilleur score au Roosevelt, de mémoire, est d'un peu moins de 400 disques achetés en quelques heures. C'était en 1997.

Aussitôt revendus de retour à Paris.

Et pas à des producteurs ... seulement à des DJs comme Cut Killer, Kost, Goldfingers ... et aux très nombreux clients de Vibe dans lequel Karim aka Golfi officiait à mes côtés.

C'était quand même le bon temps !!!

Enjoy The Roosevelt Years sur Skeuds. (Mark Skeuds)

 


The Roosevelt Years par Gasface


A lire également:

 
Skeuds est désormais consultable sur smartphone ICI.

Commentaires

Mojes de Colombes? Ils vendent toujours?
Super article!

Écrit par : olivier | 07 janvier 2013

Merci.

Yes, j'ai dîner avec Christophe voici une dizaine de jours. Oui, ils font ... les conventions !!!!!! :)

Écrit par : Marc Skeuds | 07 janvier 2013

Je suis aussi sur Colombes! y'a moyen de choper ou pour digger un coup!?

Écrit par : Olivier | 07 janvier 2013

Laisses tes coordonnées uniquement par mail, je les transmets aux mojes. :)

Écrit par : Marc Skeuds | 09 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu