Avertir le modérateur

22 octobre 2012

Kendrick Lamar et good kid m.A.A.d city, du super lourd aujourd'hui dans les bacs

Kendrick Lamar, c’est un nom qui s’est fait de plus en plus insistant ces derniers mois et tout au long de l’année écoulée dans le monde du Rap, apportant un peu de rafraîchissement au Rap de la West Coast et se plaçant directement comme une des grandes figures de la nouvelle génération:

Kendrick Lamar - good kid, m.A.A.d city - skeuds.com

Ce n’est pas pour rien qu’on le retrouve sur Fucking Problem aux côtés d’A$AP Rocky, 2 Chainz et Drake, tout comme ce n’est pas pour rien que Dr Dre a décidé d’en faire son nouveau protégé, sachant que ce dernier a plutôt du flair pour trouver des artistes marquants (Eminem, 50 cent, The Game…) et même si, pour le moment, le Rap n'est pas du tout sa priorité comme nous l'a confié Fifty.

Le rappeur de Compton a fait un sacré bout de chemin depuis les premières (grandes) attentions qui lui ont été portées à la sortie de sa mixtape Overly Dedicated en 2010.

Section 80 fut pour beaucoup l’un des meilleurs projets de l’année 2011, bien que n’ayant eu que peu de couverture médiatique et l’a installé confortablement dans le grand bain de la musique urbaine, lui permettant des apparitions remarquées sur des albums tels que R.E.D de The Game (sur le morceau The City) ou Take Care de Drake (Buried Alive Interlude).


Second blog de Skeuds

Une signature avec Interscope en mars dernier, et voilà que K. Dot nous délivre son premier album , good kid m.A.A.d city, via Interscope (de l'ami Jimmy Iovine le pote du bon docteur) donc et Top Dawg Entertainment (label originel de Kendrick Lamar sur lequel on eut retrouver ses collègues Schoolboy Q et Ab-Soul)

good kid m.A.A.d city, le moins que l’on puisse dire, c’est que pour un premier album, il fut très attendu, Vibe comparant (prudemment) GKMC avec un certain Illmatic de Nas …

On osera pas blasphémer sur le sujet mais les faits sont là, tous les paramètres sont réglés pour que Kendrick délivre un premier opus capable de changer la donne actuelle, occupée par des Chief Keef et autres. Pour en être sur, il n’y a qu’a presser play.

Kendrick Lamar a été élu par BET Lyricist of the Year pour sa façon de jouer avec les mots et à raconter des histoires, dans ce premier opus le rappeur issu de Compton raconte une histoire bien particulière: la sienne.

Au début de l’album, dans la première track intitulée Sherane aka Mr Splinter’s daughter on peut entendre un bruit de cassette vidéo VHS que l’on mettrait dans le magnétoscope, parfaite illustration de ce qui se veut être a short film by Kendrick Lamar.

Ce qui marque le plus lors de l’écoute de good kid m.A.A.d city, c’est la cohérence de l’album, la véritable fluidité du déroulement.

Là où beaucoup se trouent avec des premiers albums en major blindés de singles mais sans fond véritable (il suffit d’observer le contraste entre le premier album de Drake Thank Me Later et Take Care), Kendrick est cohérent.

Bien entendu on retrouve plusieurs sonorités différentes et Backseat Freestyle n’a rien à voir avec I’m Real, mais la ligne directrice reste la même.

Ce qui est remarquable, c’est la maturité du projet pour un premier album. Bien entendu K. Dot n’est pas seul et avoir Dr Dre à ses côtés est une aide non négligeable lorsqu’il s’agit de sortir un album abouti mais le mérite de garder une empreinte musicale bien particulière revient bien à Kendrick Lamar himself.

Cet album, c’est l’histoire d’un gamin issu de Compton qui raconte ce qu’il vit tout simplement, les hauts et les bas, sans jamais donner l’impression d’en faire de trop.

Cependant, cet album n’est pas lourd et indigeste, alternant storytelling et légèreté. Ce qui est remarquable, c’est la capacité de Kendrick à aborder des sujets compliqués tout en rendant cela attractif. Swimming Pools (Drank), le premier single de GKMC en est la preuve par excellence, à la vue du titre et du fait qu’il s’agisse d’une production de T-Minus (I’m on One, She Will, The Motto…) on pourrait s’attendre à un son uniquement sur le fait de consommer du Ciroc et du Ace of Spades, mais rien de tout cela. Kendrick raconte comment il a grandi autour de gens se noyant dans l’alcool et comment ça c’est répercuté sur lui en grandissant et sur son propre rapport avec l’a boisson. Kendrick n’est pas un saint, mais il essaye de prendre du recul et c’est ce qui montre l’honnêteté du bonhomme.

On retrouve Hit-Boy à la production de Backseat Freestyle qui est de loin le son le plus violent de l’album et parfait dans le concept où K Dot est avec ses homies à l’arrière de son van (que l’on peut voir sur la pochette Deluxe de GKMC) et balance un freestyle cinglant.

Au niveau des invités de cet opus, du beau monde:

Drake, Dr Dre, Jay Rock (collègue de TDE), MC Eiht (Compton’s Most Wanted) et  Anna Wise. Ce qui est intéressant, c’es qu’aucun d’entre eux ne vole la vedette à Kendrick, dans le sens où ils se fondent dans le tout sans outshinner le rookie de Compton, pas évident quand on a Dr Dre ou Drake à côté et pourtant K. Dot montre qu’il s’agit bien de son album et pas un amas d’invités sur des sons impersonnels.

Si on connaissait déjà Compton avec Dr Dre, on a été agréablement surpris par Poetic Justice qui, malgré la présence de Drake, n’a pas grand chose à voir avec un morceau Mainstream, avec un joli sample de Janet Jackson et des paroles adressées à ces dames, il n’y a qu’a apprécier.

En parlant de femmes, Sherane aka Master Splinter’s Daughter nous raconte de la relation sulfureuse du jeune Kendrick avec une demoiselle qu’il a rencontré en soirée et tous ce qui s’en suit avec l’atmosphère de Compton qui va avec.

Compton est d’ailleurs bien représenté avec m.A.A.d city en featuring avec le vétéran MC Eiht qui est une ode à l’endroit où Kendrick a grandi, tout comme Compton avec Dr Dre justement.

Dans le pur Storytelling on a good kid produit par Pharell qu’on peut également entendre au refrain, The Art of Peer Pressure où Kendrick raconte jusqu’où peut faire aller l’effet de groupe ou encore Sing about Me, I’m Dying on Thirst où Kendrick rend hommage à ceux qui lui on fait promettre de raconter leur histoire, que ce soit un ami de Compton mort trop tôt où une prostituée, la sœur de Keisha (dans Section 80, Kendrick parle de cette prostituée nommée Keisha dans le morceau éponyme Keisha’s song) qui n’a fait que subir la négativité et la pauvreté de son environnement jusqu’à faire d’elle ce qu’elle est aujourd’hui.

Le beat mue ensuite pour laisser place à Dying of Thirst, Kendrick raconte  a quel point il est fatigué de courir et du marasme qui l’entoure, il se pose des questions et ne sait pas quoi faire pour se purger de ses pêchés, il se tourne alors vers Dieu.

Enfin, GKMC  offre son lot de sons relax, tel que Money Trees , assisté par Jay Rock, très détendu et terriblement efficace, ou Real avec Anna Wise, à propos de confiance en soi et du rapport aux choses matérielles.

Le dernier son à être cité sera donc Bitch Don’t Kill My Vibe qui s’avère être notre véritable coup de cœur. K Dot est dans un bon mood, il a sa musique, il a son verre, et quitte a être égoïste, il veut juste qu’on le laisse tranquille, le tout sur une superbe instrumentale produite par Soundwave, producteur attitré TDE, un véritable plaisir pour les oreilles !!!

Entre chacun des morceaux, des conversations et autres messages vocaux servent d’interlude, on peut ainsi mieux comprendre l’histoire de K. Dot et on apprend pas mal de choses sur la vie à Compton du protégé de Dre.

A la fin de Swimming Pools (Drank) on comprend dans quelle situation son frère a pu être assassiné par exemple, ce qui rend cette album encore plus personnel.

Au final, on peut dire que Kendrick Lamar valide son statut de futur grand et pourquoi pas, comme annoncé par The Game, Snoop et Dr Dre,  le New King de la West Coast. Un album cohérent, qui passe tout seul où vous aurez rarement à appuyer sur next, c’est bien réalisé et les productions correspondent au personnage. 

Si l’on ne sait pas encore trop à quoi s’attendre au niveau des ventes, good kid m.A.A.d city devrait installer Kendrick Lamar pour longtemps, et Interscope ne va pas s’en plaindre.

Si l’on devait se permettre de noter cet album, on mettrait facilement un 9 sur 10, mais chacun d’entre vous pourra se faire son idée puisque GKMC est disponible en France.

Kendrick Lamar et son good kid m.A.A.d city, l'album à ne pas louper, parole de Skeuds, c’est du très lourd !! (Pierre C.)

 

A lire également:

Skeuds est désormais consultable sur smartphone ICI

http://bit.ly/PkRpWN

Commentaires

10/10 pour moi. L'album de l'année. Kendrick Lamar a giflé la concurrence. Black Hippy Ni**a!

Écrit par : Lions | 22 octobre 2012

Excellente chronique, j’adhère complètement, Kendrick is the numba one !
Hiii Power !!

Écrit par : Théo | 22 octobre 2012

C'est vrai que la chronique est excellente, beau boulot ! Complètement d'accord, mon coup de cœur reste aussi Bitch, Don't Kill My Vibe.

Je rajouterais simplement le morceau de la version Deluxe avec Mary J Blige "Now Or Never". On est d'accord, ça n'a rien à voir avec les autres, il est beaucoup plus mainstream mais ça passe bien quand même...

Mais quand même, depuis le temps qu'on attendait un premier vrai album... Il nous aura pas déçu. C'est clair que ce mec là promet !

Au passage, chez Skeuds, plutôt que des CD de DJ Drama, mettez en jeu des CD de good kid, m.A.A.d city ! ;) Je sauterai sur l'occaz' ! :D

Encore bravo.

Écrit par : Dorian | 22 octobre 2012

Merci.

Le morceau avec Mary J Blige figure dans la dernière Playlist de Fred Testot.

Pour les CDs de Kendrick Lamar, ils ne nous ont rien proposé ... dommage car cela nous aurait bien plu !!!

;)

Écrit par : Marc Skeuds | 23 octobre 2012

A ce propos, J'ai pas très bien compris le sens donné a "Money trees" dans le son, what does that means ? C'est quoi l'image ?
Une incompréhension parmi tant d'autres ^^!

Écrit par : Théo | 23 octobre 2012

"Money Trees" est un son à propos de la tentation quand tout est à propos d'argent, en résumé !

Écrit par : Pierre Skeuds | 24 octobre 2012

ok d'accord, Merci Pierre pour ce résumé ^^!
sinon http://rapgenius.com/Kendrick-lamar-money-trees-lyrics

Écrit par : Théo | 24 octobre 2012

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu